Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 16:30

Madame Gastéro était consciente qu'elle ne devait les attentions du vieux jardinier qu'à sa curieuse coquille : une belle architecture en forme de berlingot rayé d'une spirale demi-deuil. Elle promenait fièrement dans son potager, arborant sa singularité comme un trophée. L'araignée, aux mains de couturière lui avait confectionné une ombrelle ravissante qui la protégeait du cruel soleil.

 

Elle fit ce soir-là une rencontre avec Gaston, un S.D.F, nu comme un ver qu'il était. D'un ton supérieur elle s'adressa à lui.

Lui, qui ne se plaignait guère, se terrait au moindre mouvement étrange, ne disait pas grand chose. Elle exhibait son abri certaine de son effet. Vint se joindre à eux, une petite fourmi. Elle s'était égarée quittant la longue file habituelle qui avait changé de direction sans la prévenir. Madame Gastéro profita de ce nouveau public :

 

- Que faites-vous donc toute la journée, mademoiselle Fourmi. On ne vous voit guère jouer ! vous allez sans cesse pressée !

- C'est que nous travaillons beaucoup dès l'aube levée jusqu'au soir tombé. Oh je dois rentrer la porte de notre citée va bientôt fermer.

 

La Fourmi partie, Gaston ricana :

 

- Pourquoi riez-vous Gaston ?

- La citée ! Leur société ! Elles se croient à l'abri en vivant ainsi. Mais figurez-vous qu'elles peuvent bien accumuler tant et plus, même chez elles les inégalités existent. Certaines deviennent énormes pendant que d'autres se miniaturisent. C'est un vieil anar qui vous le dit.

- Où prenez-vous cela ?

- j'ai mes sources secrètes dit-il mystérieux.

 

Une abeille, le ventre alourdi de pollen se posa près d'eux.

 

-Encore une qui travaille dit Gaston

- Mademoiselle l'Abeille vous avez le droit de vous reposer demanda madame Gastéro

- Oui bien sûr. Notre société est aussi vieille que votre monde et nous sommes civilisés.Nos ancêtres nous ont appris à nous soigner, à choisir les meilleures plantes, à nous organiser. Oh je dois rentrer mon château va fermer.

 

L'Abeille partie, Madame Gastéro ricana

 

- Pourquoi riez-vous questionna Gaston?

- Son château ! Un misérable immeuble de ruche ou elle n'aura droit qu'à une minuscule alvéole. Son avenir ! Elle se croit à l'abri mais figurez-vous qu'elles tendent à disparaître.

- Qui vous a dit cela ?

- Moi aussi j'ai mes sources secrètes.

 

La dessus ils se séparèrent.

Madame Gastéro pensa que toutes ces sociétés, bien qu'organisées ne sont jamais parfaites. Quant à Gaston lui se disait que dans toutes les sociétés chacun laissait une part de son individualité, et lui comme son cousin taenia il préférait vivre en solitaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by lencrierindiscipline.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : lencrierindiscipline.over-blog.com
  • : Promenez-vous sur ce blog, déposez-y vos commentaires, vos textes, vos idées, vos souhaits... Et si l'envie de nous rejoindre vous prend, foncez!
  • Contact

Profil

  • lencrierindiscipline.over-blog.com
  • Association loi 1901 réunissant des passionnés d'écriture

Recherche